Diocèse d'Aix et Arles

Pénitence et réconciliation

La pénitence et la réconciliation

Le pardon des péchés commis après le Baptême est accordé par le sacrement dit de la conversion, de la confession, de la Pénitence ou de la Réconciliation.
Revenir à la communion avec Dieu par la conversion est un mouvement suscité par la grâce de Dieu plein de miséricorde et désireux de sauver tous les hommes.

Le pardon est essentiel dans la foi chrétienne.

Par le sacrement de réconciliation, tout baptisé retrouve l’amour de Dieu. Parce qu’il se sait aimé de Dieu, l’homme reconnaît comme « péché » toutes ruptures dans sa vie de cette relation d’amour avec Dieu et avec les autres. Réconcilié et pardonné, il peut se remettre debout et continuer.

La confession individuelle des péchés, suivie de l’absolution délivrée par un prêtre au nom de Dieu, appelée absolution, est la manière habituelle pour la réconciliation avec Dieu et l’Eglise.

Elle peut se pratiquer au cours d’une célébration pénitentielle collective avec confession et absolution individuelles. L’absolution collective ne peut être pratiquée que de manière exceptionnelle.

Les horaires de confession et de célébrations pénitentielles avant les grandes fêtes sont disponibles au sein de chaque paroisse.

Examen de conscience avec les Béatitudes

Heureux ceux qui ont un coeur de pauvre : La réussite matérielle, la course aux richesses passent-elles au premier plan ? Ai-je été méprisant, arrogant vis à vis de quelqu’un ? Ai je pris du temps pour prier, pour me nourrir spirituellement ?

Heureux les doux : Ai-je été menaçant, violent ? Ai-je pratiqué la loi du plus fort ? Ai-je écrasé quelqu’un pour obtenir satisfaction ? Ai-je eu des paroles blessantes ?

Heureux ceux qui pleurent : Ai-je été attentif ou indifférent à la souffrance d’autrui ? Ai-je refusé de venir en aide à quelqu’un dans la peine ? Ai-je été jaloux du bonheur d’un proche ?

Heureux ceux qui ont faim et soif de justice : Ai-je le courage de me battre contre une injustice ? Ai-je refusé un service ? Ai-je été injuste à l’égard d’un proche ? Ai-je spolié autrui, matériellement ou intellectuellement ?

Heureux ceux qui pardonnent : Ai-je refusé un pardon à quelqu’un qui m’avait blessé ? Ai-je gardé de  la rancune ? Ai-je pratiqué la loi du talion, eu le désir de me venger  ?

Heureux les coeurs purs : Ai-je menti, trahi la confiance que l’on m’avait faite ? Ai-je laissé triompher des instincts avilissants ? Me suis-je servi de l’autre pour mes propres fins ? Ai-je convoité le bien, la place d’autrui ?

Heureux ceux qui travaillent pour la paix : Ai-je été médisant ? Ai je provoqué des disputes ? Ai-je été agressif, colérique ?  Me suis-je désinteressé du monde qui m’entoure ?

Heureux êtes-vous quand on vous fait du mal à cause de moi : Ai-je eu honte de ma foi, d’agir en chrétien ? Me suis-je laissé aller au découragement ? Ai-je renoncé à défendre mes convictions par lâcheté ?

                                                                                                                          D’après Matthieu 5, 3-11

Paru dans le Hors série La Vie/Prier « Le pardon »  en janvier 2010, réalisé par Jean-Claude Escaffit

Conseils pratiques pour demander ou accorder son pardon

annuaire du diocese
Aidons l'Eglise
MessesInfo agenda diocesain

Galerie photo

Connexion